Les étapes de la cancérisation

La cancérisation est une transformation d'un tissu sain ou pathologique non cancéreux en tissu cancéreux.

La reproduction cellulaire suit un schéma de "contrôle". Chaque cellule est contrôlée par différents processus. Notre organisme est donc doté d'un processus de contrôle des cellules qui permet la reproduction organisée de celles-ci. Cependant ce système peut être perturbé et dans le contexte présent, une lésion
peut être provoquée par une forte exposition aux rayons X.

Graphique de l’évolution de la quantité d’ADN lors d’un cycle cellulaire :



mitose-1.jpgG0 représente la phase ou les cellules sont hors-cycle dans un état métabolique particulier.
En G1, la quantité d'ADN est normale, c’est la phase de repos durant laquelle la cellule synthétise les protéines lui permettant de croître et d’exercer ses fonctions ; En S, la quantité augmente significativement, durant cette phase, la présence d’une anomalie d’une cellule active les points de contrôle en G2 ; En G2, la quantité d'ADN a doublé par rapport a G1, le système de contrôle du génome vérifie l’intégrité de l’ADN;
L'étape M est nommée mitose, elle correspond au moment où la cellule mère se sépare en deux cellules filles. 
La quantité d'ADN est alors répartie également dans chaque cellule filles puis le cycle reprend.

       svt-biologie-premiere.bacdefrancais.net

 

Les oncogènes sont des gènes qui activent la prolifération cellulaire. Ils codent des protéines qui participent à la transmission du signal de division et
peuvent intervenir à toutes les étapes de la voie de signalisation, de la membrane au noyau.

Schéma des phases du cycle de la cellule :

 point-de-controle-4.png

  inrp.fr

Ce schéma explique les points de contrôles du cycle cellulaire.

En (1), la cellule est stimulée.
En (2), elle entre dans son cycle de division.
En (3), les cellules sortent de G0 et progressent au delà d’un point de restriction (4) si elles reçoivent à un stimulus constant. 
En (5), Un point de contrôle ne laisse se diviser que l’ADN normal.
La quantité d’ADN double en (6). En cas d’anomalie non réparable de l’ADN, elle est détruite en (7) (apoptose).
C’est le dernier point de contrôle avant la mitose (division du matériel génétique de la cellule mère en deux cellules filles en (8).)
En (9), la mitose est terminée. Les cellules filles se séparent et retournent en G0, sauf si un stimulus entretient le processus de division.
Si une cellule présente une anomalie, elle sera détruite par les défenses immunitaires ou même par apoptose.

Les lésions précancéreuses sont des anomalies de la structure des tissus. Ces lésions perturbent la reproduction de cellules au cours du cycle cellulaire. Si elles ne sont pas traitées rapidement, ces lésions peuvent aboutir à l'apparition d'un cancer. Berenblum en 1950 prouva que l’origine et le développement d’un cancer
comportait au moins deux étapes, l’initiation et la promotion. On en a depuis identifié une troisième, la progression.

Tout d’abord la situation initiale. On constate une lésion précancéreuse au niveau de l’ADN, celle-ci est responsable de la mutation d’une cellule auparavant ne présentant aucune anomalie en une cellule cancéreuse. Les initiateurs de cette mutation sont les carcinogènes qui sont des agents mutagènes.

Vient ensuite l’étape de la promotion. Les cellules qui ont subie une mutation ne sont pas éliminées par le système de contrôle du génome qui a été perturbé par l’action des rayons X. Elles prolifèrent donc de manière croissante. Il y a formation de groupements identiques de cellules transformées. C’est l’apparition des tumeurs cancéreuses. Quand le nombre de cellules mutées atteint 109, le patient entre dans la phase clinique et la tumeur peut être observée par l’imagerie à rayons X.

Pour finir l’étape de la progression. Le développement des cellules de phénotype malignes est complètement incontrôlé, les tumeurs ne sont plus localisées dans un seul organe mais se répandent par la lymphe et le sang dans tout le reste du corps. C’est ce qu’on appelle des métastases. Il y a, à ce niveau de développement, une impossibilité de traitement médical, les cellules acquièrent des caractéristiques les rendant pharmacorésistantes.

Toutes les cellules cancéreuses ne donnent cependant pas des cancers menaçant l'organisme. Le système immunitaire du corps dispose en effet d'armes
spécialisées, les « cellules tueuses », qui sont capables de détecter les cellules anormales et de les éliminer. C'est seulement si ces défenses immunitaires et les points de contrôle inefficaces sont débordées que le cancer se développe.



 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site