Du patient


En ce qui concerne les expositions médicales des patients, il n’est pas approprié d’appliquer des limites de dose ou des contraintes de dose, parce que de telles limites entraîneraient souvent plus de détriment que de bénéfice (maladies chroniques, sévères, voire mortelles plus critiques que l’exposition aux rayonnements). L’accent est donc mis sur la justification des actes médicaux et sur l’optimisation de la radioprotection. Pour les procédures diagnostiques et interventionnelles, les moyens permettant d’éviter une exposition inutile à des radiations sont leur justification (dans un but précis et pour un patient donné) et l’ajustement à l’acte médical de la dose délivrée au patient. Les approches les plus efficaces sont probablement la mise en œuvre de dispositifs techniques facilitant la gestion de la dose au patient et l’établissement de niveaux de référence diagnostiques à l’échelon approprié, national, régional ou local.

  • Justification (directive 97/43 et Code de Santé Publique)

article 6.2: « les Etats membres veillent à ce que des recommandations concernant les critères de prescription pour les expositions à des fins médicales, y compris les doses d’irradiations, soient mises à la disposition des médecins ordonnateurs d’expositions à des fins médicales »

> Prescription d’examens utiles

> Elimination des expositions inutiles

Article R.1333-66 : Aucun acte exposant aux rayonnements ionisants ne peut être pratiqué sans un échange préalable d’information écrit entre le demandeur et le réalisateur de l’acte. Le demandeur fournit au réalisateur les informations nécessaires à la justification de l’exposition demandée dont il dispose... Le médecin réalisateur de l’acte indique sur un compte rendu les informations au vu desquelles il a estimé l’acte justifié, les procédures et les opérations réalisées ainsi que toute information utile à l’estimation de la dose reçue par le patient...

  • L’optimisation (Code de Santé Publique)

L'optimisation est la recherche d'un équilibre entre la qualité de l'image obtenue et dose délivrée au patient.

Directive CE 97-43 Euratom

Article 4 : Le processus d’optimisation comporte le choix de l’équipement, la production régulière d’informations diagnostiques adéquates ou de résultats thérapeutiques ainsi que les aspects pratiques, l’assurance qualité, y compris le contrôle de qualité et l’évaluation des doses ou des activités administrées au patient compte tenu de facteurs économiques et sociaux.

Le contrôle de qualité est l'ensemble des mesures (planification, coordination, exécution) prises pour maintenir ou améliorer la qualité d’une activité. Appliqué à une procédure de diagnostic, il comprend la surveillance, l’évaluation et le maintien à des niveaux optimaux de toutes les caractéristiques de fonctionnement qui peuvent être définies, mesurées et contrôlées. Le but principal du contrôle qualité est de s’assurer de la constance de fonctionnement des appareils et de la concordance entre les indications des pupitres et la réalité du rayonnement ionisant.


 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×