Radioprotection

Cent ans d'histoire ont montré que les rayonnements ionisants sont dangereux pour l'homme. Leur production génère des risques radiologiques, fréquemment dits "radioactifs". Le caractère imperceptible de ces risques a très vite inquiété, ce qui a conduit à chercher à s'en protéger. C'est l'objectif de la RADIOPROTECTION (C.I.P.R. créée en 1928). 

Dès les années 20, la radioprotection devint un sujet d’actualité :

Elle peut se définir comme l’ensemble des règles, des procédures et des moyens de surveillance et de prévention destinés à empêcher ou à réduire les effets nocifs des rayonnements ionisants, y compris dans leurs atteintes portées à l’environnement.

L'estimation du risque à faible dose est une extrapolation jusqu’à la dose zéro des données obtenues à fortes doses et fort débit de dose, principalement à partir des données d’Hiroshima et Nagasaki. Il s’agit d’une relation dose-effet, linéaire et sans seuil. Toute dose comporte un risque accru de cancer. Ce risque est proportionnel à la dose reçue.

Pour 10 000 personnes qui auraient reçu 1Sv, le risque est compris entre 0 et 500 cancers mortels.

Acteurs en radioprotection

Les acteurs et les bases de la réglementation en radioprotection

Les règles de la radioprotection ne sont pas propres à la France, mais résultent de directives fournies à l’échelle mondiale. Des normes, standards ou recommandations sont établis au niveau international par différents organismes. Plusieurs acteurs participent à l’élaboration des règles de radioprotection et à leur cadre juridique.

 



Elaboration des règles de radioprotection
Les directives et les Normes fondamentales de la radioprotection sont basées sur les analyse de l’UNSCEAR et les recommandations de la CIPR. Elles sont discutées au niveau international par de grandes institutions comme l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation internationale du travail (OIT), et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et au niveau européen par l’EURATOM avant d’aboutir à la législation nationale.
Source ASN


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×